Zazen du 30 avril

Fonder sa pratique dans les illusions, obtenir l’esprit d’éveil avant de le percevoir.

Kodo Sawaki commante cet écrit de Dogen : 

Les illusions, dans la pratique de la Voie, ont été comparées à un précieux « caillot de sang ».
On dit que pratiquer la voie, c’est barrer le passage aux illusions.
Mais vouloir stopper les illusions est le zazen d’un être ordinaire, toujours attaché à obtenir une récompense pour ses efforts. 
Ce dernier en zazen, immobilise le « caillot de ses illusions » en voulant les stopper, alors que la bonne méthode est au contraire de le laisser passer :

Fonder sa pratique dans les illusions, obtenir l’esprit d’éveil avant de le percevoir.

Devenir Bouddha, c’est être tout simplement assis en zazen. Le corps tel quel, en posture de zazen est Bouddha.
Pratique et éveil ne font qu’un. En pratiquant au milieu des illusions, l’éveil se produit avant d’en être conscient.

Le rayon de lune traverse l’eau claire d’un coeur sans souillures, même si les vagues le brisent, il continue de briller.