Sur le bonheur, Du maître Tich Nath hanh


Le sutra du coeur dit « qu’il n’y a rien à atteindre ». Nous ne méditons pas pour atteindre l’éveil parce que l’éveil est déjà en nous…
Avec l’absence de but, nous voyons que nous ne manquons de rien, que notre lutte peut enfin cesser.
(… )
Quelqu’un m’a demandé un jour si je n’étais pas inquiet au sujet de l’état du monde.

J’ai respiré et j’ai dit : « l’essentiel est de ne pas laisser vos craintes sur ce qui se passe dans le monde emplir votre coeur. Si votre coeur est plein d’anxiété, vous tomberez malade et vous ne pourrez aider.

Il y a des guerres – grandes et petites- en de nombreux endroits sur terre et cela peut nous faire perdre la paix. L’anxiété est la maladie de notre époque. On s’inquiète pour soi-même, sa famille, ses amis, le travail et l’état du monde. Si nous laissons les soucis emplir notre coeur, tôt ou tard nous tomberons malades.

Oui il y a de terribles souffrances dans le monde mais cela ne doit pas nous accabler. En pratiquant le zazen, la respiration, la marche, le travail en pleine conscience, nous essayons d’aider de notre mieux en ayant le coeur en paix.

L’angoisse ne résout rien… L’anxiété risque même d’empirer les choses. Si nous ne savons pas comment respirer, sourire et vivre chaque instant de notre vie profondément, nous ne pourrons jamais aider.

Nous qui avons eu la chance de rencontrer la pratique du zen, nous avons la responsabilité d’apporter la paix et la joie dans notre vie, même si tout ce qu’il y a dans notre corps, notre esprit et notre environnement n’est pas exactement tel que nous l’aurions souhaité.
Si nous ne sommes pas heureux, nous ne pourrons pas être un refuge pour les autres.

Comment pouvons-nous rendre heureux le plus grand nombre de gens possible et, qui sait, enseigner l’art de vivre en pleine conscience aux autres?

Il y a beaucoup plus de personnes qui créent de la violence que d’individus qui savent comment respirer et créer du bonheur.
Chaque nouvelle journée nous offre une occasion merveilleuse d’être heureux et de devenir un lieu de refuge pour les autres.

Nous n’avons pas besoin de devenir autre chose, nous n’avons rien de particulier à accomplir. Nous avons simplement besoin d’être heureux dans l’instant présent et nous pourrons être utiles à ceux que nous aimons et à toute la société.


Tich Nath Hanh, Le coeur des enseignements de Bouddha – Pocket Spiritualité. Ed orig. 1998.